Gingembre

Nom binominal : Zingiber officinale

Classification phylogénétique
Ordre : Zingibérales
Famille : Zingibéracées

Le gingembre est une espèce de plantes originaire d'Inde, dont on utilise le rhizome en cuisine et en médecine traditionnelle.

Ce rhizome est une épice très employée dans un grand nombre de cuisines asiatiques, et en particulier dans la cuisine indienne. Il est aussi utilisé en Occident dans la confection de desserts comme le pain d'épices.

Le gingembre est une plante vivace tropicale herbacée d'environ 0,90 m de haut issue d'un rhizome. Les feuilles persistantes sont lancéolées, bisériées, longues et odorantes. Les fleurs sont blanches et jaunes ponctuées de rouge sur les lèvres, les bractées sont vertes et jaunes. Après la floraison, un court épi axillaire renfermant les graines noires enfermées dans des capsules trivalves apparaît au bout d'une tige couverte d'écailles. Il apprécie une exposition ensoleillée et une atmosphère humide. La croissance est rapide et la multiplication se fait par division des rhizomes.

Une plante médicinale

Des textes indiens datant d’environ 1000 avant l’ère commune prescrivaient cette plante pour des maux allant de l'asthme aux hémorroïdes. Les médecins asiatiques l'utilisent toujours. Le gingembre a des propriétés antiémétiques. On admet son efficacité du dans le soulagement de la nausée postopératoire. Les marins chinois en mâchaient pour la prévenir le mal de mer. Les femmes chinoises consomment traditionnellement de la racine de gingembre pendant la grossesse pour combattre la nausée du matin.

Le gingembre a un effet protecteur sur la muqueuse gastrique. Il combat les insuffisances biliaire et pancréatique. Il fait baisser les taux de cholestérol, de triglycérides sanguins, d'acides gras et de phospholipides.

Le gingembre a une action anti-inflammatoire. Il soigne en particulier la douleur et les symptômes des rhumatismes inflammatoires.

Le gingembre était considéré depuis des temps immémoriaux comme une plante magique et aphrodisiaque. Dioscoride, Pline l'Ancien et Avicenne parlent déjà de cette dernière propriété. Les bacchantes composaient des philtres d'amour à base de gingembre. Le Kâmasûtra évoque son usage dans des pratiques sexuelles occultes.