Blé

Nom binominal : Triticum aevestum (pour le blé tendre)

Classification phylogénétique
Ordre : Poales
Famille : Poacées

Le blé est, avec le maïs et le riz, l’une des trois grandes céréales. C’est la troisième par l'importance de la récolte mondiale et, avec le riz, la plus consommée par l'homme. La production mondiale de blé est d’environ 750 millions de tonnes (2017).

Le mot « blé » désigne, en fait, un grand nombre d’espèces, toutes appartenant au genre Triticum. Le blé désigne également le grain (caryopse) produit par la plante.

Les espèces les plus courantes sont les suivantes :

  • Triticum aevestum (blé tendre ou froment. Il est, de loin, le plus important) 
  • Triticum durum (blé dur, très riche en gluten. Utilisé pour les pâtes et la semoule) 
  • Triticum dicoccon (amidonnier) 
  • Triticum monococcum (engrain ou petit épeautre) 
  • Triticum spelta (grand épeautre)
  • Triticum turanicum (blé de Khorasan ou kamut)

Étymologie

Le mot « blé » peut venir du gaulois *mlato, qui devient *blato, « farine » (équivalent du latin molitus, « moulu ») ; cette étymologie est cependant contestée et un étymon francique *blâd, « produit de la terre », est proposé.

Au Moyen Âge et à la Renaissance, le mot « blé », sous diverses orthographes, avait un sens très général. Les expressions comme « tutz manere de blez » « toutes sortes de bleds » ou « de tout autre bled, mesme des legumes » (Olivier de Serres, 1600.) disaient les nombreuses espèces qui entraient sous ce vocable : froment, seigle, orge, avoine, pois, fèves… et, lorsqu’ils furent introduits, le sarrasin (« blé noir ») et le maïs (« blé de Turquie » ou « blé d'Inde »). Blé désignait alors, en fait, toute plante cultivée donnant des graines pouvant être réduites en farine utilisable en alimentation humaine. « Emblaver » a toujours un sens général de cultiver (au-delà de cultiver précisément du blé).

Le nom de genre Triticum dérive du latin tritus, broiement, frottement, car le blé est destiné à la mouture.

Reproduction

Le blé est une plante presque strictement autogame. En effet, l'autofécondation est le mode de reproduction le plus fréquent chez les blés : ce sont les anthérozoïdes (cellules reproductrices mâles) issus du pollen d'une fleur qui fécondent l'oosphère et la cellule centrale du sac embryonnaire de l'ovaire de cette même fleur (les cellules sexuelles femelles sont protégées dans un sac embryonnaire fermé au sein d'un ovule).

Vertus du blé

Aliment de base par excellence, le blé est également une médication naturelle fréquemment utilisée en phytothérapie.

Il est recommandé pour améliorer le transit intestinal, traiter la gastro-entérite, le rhume et la toux ainsi que les problèmes de santé liés à la déminéralisation.

Riche en fibres, le blé contribue dans l'amélioration du transit intestinal. La présence de phytostérols dans sa composition rend cette plante utile contre le cholestérol. C'est aussi un puissant antioxydant naturel, indiqué pour lutter contre le vieillissement et les effets néfastes des radicaux libres.

Ses riches nutriments sont bénéfiques en cas de déminéralisation osseuse, d'anémie et de rachitisme.