Valériane des murs

Nom binominal : Centranthus ruber

Classification phylogénétique
Ordre : Dipsacales
Famille : Caprifoliacées

Le centranthe rouge (Centranthus ruber), appelé aussi lilas d'Espagne ou valériane rouge, est une plante herbacée vivace. Le nom de genre Centranthus a été forgé en 1805 par le botaniste suisse De Candolle à partir du grec kentron κέντρον « piqure, éperon » et anthos ἄνθος « fleur », car la fleur est munie d'un éperon. L'épithète spécifique dérive du latin ruber « rouge ».

C'est une plante assez grande vivant souvent en colonies (elle forme des touffes). Sa hauteur est variable, allant de 30 cm à 1,30 m, avec des tiges beaucoup plus longues qui peuvent courir sur le sol pour chercher le soleil (espèce héliophile). La partie souterraine à une odeur prononcée rappelant celle de la valériane, sa cousine.

Elle attire irrésistiblement les chats, d'où son nom vernaculaire d'Herbe aux chats.

Les tiges, cylindriques (de 5-12 mm de diamètre), lisses, glauques et glabres, sont creuses et fragiles. D'abord simples et étalées, elles deviennent rameuses lorsqu'elles se redressent. Elles se cassent facilement, tout net.

Les feuilles sont opposées, glabres, glauques et entières ou finement dentées, charnues. Les fleurs, hermaphrodites, sont groupées en cymes multipares qui forment à l'extrémité des rameaux des panicules ou corymbes denses puis les inflorescences s'allongent. Ces grappes de fleurs ressemblent un peu à celles du lilas, d'où son nom vernaculaire de « lilas d'Espagne ».

Chaque fleur possède une longue corolle en tube (8 à 14 mm de long) prolongée d'un bout par un éperon étroit (5 à 10 mm) et de l'autre s'étalant en 5 lobes (4+1). Il n'y a qu'une seule étamine et un style dépassant la corolle. La pollinisation est de type entomogame (bourdons, et surtout papillons à longue trompe).

Les fruits sont des akènes glabres à dissémination anémochore.

Propriétés médicinales

La racine de valériane des murs est réputée sédative. L'écorce de la racine de Centranthus ruber a une teneur supérieure à 7 % en valepotriates..

En raison de sa grande activité et de sa faible toxicité, le Centranthus ruber peut être avantageusement substitué à la Valeriana officinalis. Les feuilles ont des propriétés antiscorbutiques.