Camomille matricaire (Camomille allemande)

Nom binominal : Matricaria recutita

Classification phylogénétique
Ordre : Astérales
Famille : Astéracées

La camomille matricaire ou camomille allemande, est aussi appelée camomille sauvage ou petite camomille. C'est une plante herbacée annuelle de la famille des Astéracées et du genre Matricaria. Elle est parfois appelée aussi camomille vraie ou matricaire tronquée.

C'est une plante médicinale utilisée depuis l'Antiquité, appelée simplement « camomille » en herboristerie. Elle ne doit pas être confondue avec deux autres plantes médicinales, appelés aussi localement « camomille » : la grande camomille (Tanacetum parthenium) et la camomille romaine (Chamaemelum nobile).

En tisane, elle est douce alors que les deux autres camomilles sont amères.

Étymologie

Le nom de genre Matricaria vient du latin matrix qui a le sens de "matrice", en référence aux vertus emménagogues de la plante. L'épithète spécifique recutita est une flexion du latin recutitus "circoncis", par allusion au fruit sans pappus.

Le terme de camomille remonte au grec chamaemelon χαμαιμηλον, littéralement « pomme du sol », le parfum de la camomille rappelant aux Grecs celui des pommes. Il est employé pour plusieurs plantes d'aspect assez proche, utilisées dans les pharmacopées européennes.

Pline, l''encyclopédiste romain du Ier siècle, considérait six types de camomilles et précisait que: « il y en a trois sortes qui ne diffèrent que par le feuillage et qui ne dépassent pas une palme ; elles ont de petites feuilles semblables à celles de la rue, blanches, couleur de pomme ou pourpres. » (H.N., livre XXII, 53). Stéphane Schmitt, le traducteur de Pline, indique que ces « trois sortes » sont les trois espèces, actuellement nommées : camomille matricaire (matricaria recutita), matricaire dorée (matricaria aurea) et Anthemis rosea, la différence de couleur porte en réalité sur la fleur, non sur le feuillage.

Sous Charlemagne, le capitulaire De Villis, daté de l'an 812, recommandait la culture d'un certain nombre de plantes potagères dans les jardins du domaine royal. Parmi celles-ci, on trouve febrefugia qui pourrait être la matricaire camomille.

Description

Les feuilles très découpées sont bi- à tripennatiséquées, à segments presque filiformes, aigus, larges de 0,3−0,4 mm. L'inflorescence est un capitule solitaire, de 10-25 mm. Les fleurs minuscules se reconnaissent à leur odeur prononcée (l'odeur de camomille est typique). L'involucre hémisphérique (à la base du capitule), est formé de bractées imbriquées, verdâtres à marges membraneuse. L'axe s'élargit en un réceptacle creux, plat au début puis conique, dépourvu de paillettes, sur lequel sont fixés deux types de fleurs : - sur le disque central jaune verdâtre se trouvent les fleurs tubulées, à 5 lobes - à la périphérie, se trouvent des fleurs ligulées, à ligule blanche de 6-10 x 2-3 mm, femelles. Les ligules se retournent vers le bas, peu après l'ouverture des fleurs Elle fleurit de mai à novembre. Les pétales de la corolle comportent des cellules coniques qui présentent un réseau de crêtes nanométriques donnant une iridescence : ces stries agissent comme un réseau de diffraction qui décompose la lumière blanche (comme le spectre lumineux formé par un prisme ou les irisations à la surface d'un CD) et reflète toutes les couleurs visibles, notamment le bleu.

La Matricaire, comme de nombreuses plantes, n'a pas la capacité génétique et biochimique de produire des pigments dans le spectre bleu à ultraviolet. Elle crée ainsi cette iridescence afin d'attirer les pollinisateurs grâce à un guide à nectar. Le fruit est un akène subcylindrique, très petit, de 1-2 x 0,5 mm, à 4-5 côtes ventrales, lisse sur le dos, d'un blanc jaunâtre, à pappus nul ou réduit à une petite couronne.

Vertus médicinales

  • Anti-inflammatoire
  • Spasmolytique
  • Antibactérien, antifongique : l'huile essentielle de la matricaire camomille est faiblement antibactérienne et antifongique.
  • Sédatif

La Note explicative de l'Agence du médicament (1998) indique qu'il est possible de revendiquer, pour le capitule de la matricaire camomille, les indications thérapeutiques suivantes :

  • par voie orale (en infusion), traditionnellement utilisé :
  1. dans le traitement symptomatique de troubles digestifs (ballonnement épigastriques, lenteur de digestion, éructation, flatulence)
  2. pour stimuler l'appétit
  • en usage local
  1. traitement d'appoint adoucissant et antiprurigineux des affections dermatologiques (crevasses, écorchures, gerçures, piqûres d'insectes), sous forme de cataplasme
  2. comme antalgique dans les affections de la cavité buccale ou du pharynx
  3. en cas d'irritation ou de gêne oculaire dues à des causes diverses comme une atmosphère enfumée, des efforts visuels soutenus, des bains de mer ou de piscine.

En médecine traditionnelle, elle s'utilise en tisane, seule ou en mélange, et on lui attribue à dose modérée une certaine efficacité contre l'insomnie, dans le cas de troubles digestifs fonctionnels, digestions difficiles (spasmes digestifs douloureux), etc.

En soin de beauté, elle peut être utilisée en lotion et en eau de rinçage des cheveux.

Actuellement, la matricaire camomille est présente dans des produits cosmétiques, comme les shampooings (pour blondir les cheveux) et dans les gels anti-solaires. L'huile essentielle est utilisée en parfumerie et en savonnerie.

Son usage est déconseillé pendant les derniers mois de grossesse.