Pulmonaire officinale

Nom binominal : Pulmonaria officinalis

Classification phylogénétique
Ordre : Boraginales
Famille : Boraginacées

La pulmonaire officinale est une plante herbacée vivace.

Les pulmonaires sont des plantes hautes de 15 à 50 cm, formant de petites colonies ; ce sont des hémicryptophytes. La floraison se déroule de mars à avril.

Les feuilles sont couvertes de poils, vertes à taches blanches. Celles de la base sont lancéolées, pointues au sommet et arrondie à la base munie d'un pétiole, celles des tiges sont alternes, allongées et sessiles.

La tige est dressée, anguleuse, rameuses avec des poils rudes dans leur partie haute et portent à leur sommet les groupes de fleurs. Leur corolle est formée par 5 pétales soudés ensemble qui passent du rougeâtre, pourpre terne au bleu violacé, violet sale. Les fleurs donnent naissance à 4 akènes arrondis.

Le rhizome produit, après la floraison des touffes de feuilles.

Une confusion avec une autre pulmonaire ou avec la consoude serait sans conséquence car elles ont les mêmes utilisations.

Habitat

La Pulmonaire officinale est une espèce de demi-ombre. Elle pousse sur des sols profonds frais à humides, elle est mésophile.

C'est une espèce rare se trouvant à l'est de la France (Vosges, Haute-Saône, Doubs, Jura, Ain, Haute-Savoie et Savoie). Elle pousse jusqu'à 1 200 m : elle occupe l'étage collinéen et l'étage montagnard.

Elle est présente aussi dans le sud-ouest de la France (Pyrénées) vers 900m d'altitude

Utilisation culinaire

Crues, les feuilles jeunes s'utilisent en salade. Cuites à l'eau ou à la vapeur, elles se mangent comme légume.

Propriétés médicinales

La pulmonaire par son mucilage, son tanin et ses saponines est émolliente, expectorante, astringente et diurétique.

Elle a été utilisée depuis l'Antiquité pour traiter les maladies des voies respiratoires.