Primevère officinale

Nom binominal : Primula veris

Classification phylogénétique
Ordre : Ericales
Famille : Primulacées

La Primevère officinale (Primula veris) est une plante herbacée. Selon les régions, elle est aussi appelée la Brérelle, le Coqueluchon, le Coucou, l’Herbe à la paralysie, l’Herbe de saint Paul, la Primerolle, la Primevère de printemps ou la Printanière et, plus rarement, la Primevère vraie.

D'une rosette de feuilles ovales allongées émergent plusieurs hampes florales. Calices et corolles sont soudés, les pétales portent une tache orange à leur base. La primevère développe deux types de fleurs, toutes hermaphrodites. Des pieds produisent des fleurs dont le pistil dépasse les étamines ce qui a pour effet d'éviter l'autopollinisation. D'autres pieds ont un pistil court dépassé par les étamines. Dans ce cas, il y a décalage de maturation de ces organes sexuels ce qui empêche l'autofécondation.

Les fleurs produisent un nectar parfumé.

C'est une des parentes de la primevère cultivée, avec la primevère élevée (Primula eliator), la primevère acaule (Primula vulgaris) et Primula juliae.

Les feuilles et fleurs peuvent être consommées crues ou cuites, comme pour la primevère élevée (Primula eliator), la primevère acaule (Primula vulgaris) et Primula juliae.

Propriétés médicinales

Ce sont les mêmes que celles de la primevère acaule (Primula vulgaris) et de la primevère élevée (Primula eliator). Les fleurs, adoucissantes et calmantes, sont utilisées dans des mélanges pectoraux. Les feuilles sont anti-ecchymotiques.

Toute la plante et particulièrement la racine ont des propriétés analgésiques, anti-spasmodiques, diurétiques, pectorales et expectorantes.

Étymologie

"Primula" du latin "primulus", "tout premier", allusion aux fleurs précoces ; "veris" signifie "du printemps" ; "officinalis", médicinal.