Joubarbe

Nom binominal : Sempervivum, Jovibarba (genres)

Classification phylogénétique
Ordre : Saxifragales
Famille : Crassulacées

Les joubarbes (de jovibarba, « barbe de Jupiter ») sont de petites plantes produisant des rosettes de feuilles charnues accolées les unes aux autres, dont la forme évoque le capitule d'un artichaut.

Il existe actuellement plus de 4 000 variétés obtenues par hybridation naturelle ou artificiellement.

Ce sont des plantes succulentes (le terme vient du latin « succulentus » ou « suculentus » qui signifie « plein de suc », ne pas confondre avec délicieux) très résistantes à la sécheresse et au froid. Elles se plaisent dans tout sol bien drainé, même sec et pauvre. Les feuilles, riches en eau, se terminent par des piquants rougeâtres ou brunâtres. Les racines fibreuses permettent à la plante de s'accrocher sur des surfaces aussi hostiles que des rochers ou des murets de pierre sèche.

Chaque rosette se propage soit asexuellement par rosettes latérales (rejetons, poule et poussins), soit en se séparant de la rosette soit sexuellement par de minuscules graines.

Typiquement, chaque plante pousse pendant plusieurs années avant la floraison. Leurs fleurs hermaphrodites ont d'abord une phase de sexe masculin. Puis les étamines se courbent et se dispersent loin des carpelles au centre de la fleur, de sorte que l'auto-pollinisation est assez difficile.

Chez les Sempervivum, les fleurs sont actinomorphes (comme une étoile) et ont plus de six pétales, tandis que chez les Jovibarba (autre genre de joubarbes), les fleurs sont campanulées (en forme de cloche) et sont vert-jaune pâle à six pétales.

Après la floraison, la plante meurt, laissant généralement une nombreuse progéniture qu'elle a produit au cours de sa vie.

Histoire

Les Romains attribuaient aux joubarbes la faculté d'éloigner la foudre (colère de Jupiter), alors que les anciens Scandinaves lui attribuaient le pouvoir d'éloigner les mauvais esprits de la maison. On plantait de ce fait de la joubarbe sur les toits, et nombre d'églises et de cathédrales gothiques sont ornées de fleurs de joubarbe en pierre.

Propriétés médicinales

Les feuilles de joubarbe (fraîches écrasées) servaient au Moyen Âge comme émollient sur les blessures.

On les utilisait aussi contre les verrues, les cors et pour soigner les piqûres d’insectes et les petites écorchures.

La décoction de fleurs de la grande joubarbe était donnée contre la dysenterie et les maux de tête.