CHRONIQUE BOTANIQUE N°40 LE NEFLIER D’ALLEMAGNE AU BOIS DE GAZONFIER

CHRONIQUE BOTANIQUE N°40  LE NEFLIER D’ALLEMAGNE AU BOIS DE GAZONFIER 
     (suivie d’une devinette pour grands-parents et petits-enfants)
Depuis le lundi 11 mai, nous sommes dans une époque entre deux eaux, le déconfinement  qui nous autorise quelques libertés assorties de règles très strictes. Je voudrais inscrire ma chronique dans le cadre de cette situation morne en renonçant à un sujet spectaculaire tel que le ginkgo ou le cèdre et réhabiliter un arbuste peu considéré ou même oublié, le néflier d’Allemagne (mespilus germanica). Il pousse dans les sous-bois  et à la lisière du bosquet de Gazonfier, pas loin de la cabane du gentil voleur d’ailleurs. Ainsi je reste sagement à la maison et ne fais que quelque pas dans le bois. Les fruits de cet arbuste, les nèfles, ont laissé des traces particulières dans la langue française sous forme de dictons et proverbes  auxquels je m’intéresserai autant qu’à la botanique.
 
CB 40-01
  “ Des nèfles !! ”
J’ai connu jadis quelqu’un qui aimait, par-dessus tout, les dictons. Souvent il les tordait et les transformait à sa guise et inventait des tournures drôles ou énigmatiques tout en déclarant : tu ne connaissais pas ce dicton ? Ne parlant la langue française qu’assez tardivement, j’ai pris souvent ces jeux d’esprit pour monnaie courante. Ainsi je l’ai souvent entendu dire dans des situations critiques “ je te paie des nèfles ”!!  C’est seulement hier quand j’ai eu l’idée de cette brève chronique sur le néflier que je me suis souvenu de la tournure que je croyais appartenir au trésor de la langue française. Après quelques recherches sur internet, j’ai pu constater qu’elle avait son d’origine dans le dicton “ travailler pour des nèfles ”.
 
CB 40-02
 L’arbuste au parc de Gazonfier
En effet, au Moyen Age, les serviteurs étaient parfois payés en nèfles par leurs seigneurs ; leur travail valait peu de choses. Nous savons que le néflier figurait sur la liste des plantes que Charlemagne voulait dans ses jardins, “ le Capitulaire de Villis ”. Mais d’où vient l’appellation  “ Néflier d’Allemagne ” ? L’Allemagne n’existait pas au temps de Charlemagne. Ce sont les Romains qui ont apporté l’arbre dans les régions germaniques, étant sûrs qu’il résisterait dans ces contrées froides. Sa région d’origine est en fait l’Asie Mineure. Quand au 18° siècle Linné a vu que cet arbre poussait dans tous les coins de l’Allemagne, il l’a nommé “mespilus germanica ”. 
 
CB 40-03
          Les fleurs solitaires et éparses
Le néflier apparaît sous deux formes, celle de l’arbuste ou celle du petit arbre. Il grandit lentement, mais peut atteindre les 6 m et vivre 150 ans. Les feuilles sont caduques et oblongues, marquées de fortes nervures. Elles sont d’un vert foncé qui vire au brun en automne, ce qui fait un dégradé avec les fruits marron. Les fleurs sont solitaires et apparaissent à l’extrémité des nouveaux rameaux. Elles sont hermaphrodites. Cinq pétales blancs sont dominés par une quarantaine d’étamines. Curieusement à ce stade du développement, on ne remarque que peu les 5 sépales du calice qui prennent de l’importance après la fécondation. Ceci donne d’abord l’impression d’une deuxième floraison verte très gracieuse. Le fruit se développe dans cette enveloppe des cinq longs sépales qui sont si typiques pour le fruit et semblent le couronner.
 
CB 40-04
         Les jolis sépales au début de la fructification
A maturité, la nèfle possède la forme d’une petite poire aplatie. La maturité est atteinte au mois de novembre, longtemps après la plupart des fruits. Seulement pour déguster ce petit fruit de 3 cm sur les arbustes sauvages (le double dans les arbres horticoles), nous sommes obligés d’attendre un bon coup de gel. Et même après cette intervention climatique, il reste encore dur et doit attendre assez de temps dans un local froid pour devenir blet. C’est-à-dire il devient mou et mangeable comme une compote. Cela fait penser aux compotes en gourde que nos petits-enfants aiment tant  sucer lors des pique-niques à la campagne. Pour rendre les nèfles comestibles plus rapidement, on peut les mettre au congélateur pendant une semaine. D’ailleurs, les nèfles ne tombent pas de l’arbre. Si nous n’en trouvons plus sur les arbustes après l’hiver, il faut croire que les oiseaux s’en régalent aussi.
Le blettissement devait se faire autrefois en posant les nèfles sur une couche de paille. Je le déduis du proverbe suivant : “ Avec du temps et de la paille, les nèfles mûrissent. ” Ce qui veut dire qu’on arrivera à notre but en faisant preuve de constance et de patience. Une variante du proverbe se trouve chez Balzac qui prétend : “ Les hommes sont comme les nèfles, ils mûrissent sur la paille. ” Est-ce aller trop loin si l’on dit :que pendant le confinement, nous étions obligés d’être très patients, ce qui nous a permis de comprendre des choses auxquelles nous ne nous sommes jamais intéressés ?
Aujourd’hui ce sont surtout les amateurs de jardins naturels et de la permaculture qui se passionnent pour le néflier. Ils louent sa résistance grâce à laquelle il n’a besoin d’aucun traitement. De plus, il ne se taille pas : nous avons appris plus haut que les fleurs apparaissent au bout des nouveaux rameaux. Il faut seulement éliminer le bois mort. Son bois aussi est très prisé car extrêmement dur. On l’utilise pour les manches d’outils et ceci depuis très longtemps. Dans le Roman de Renart on parle de “ Baston de néflier bien fet “.
Alors si vous avez un jardin assez grand, pourquoi ne pas accorder une petite parcelle à ce petit arbre tombé dans les oubliettes et qui semble si facile à vivre ?
 

DEVINETTE N° 40 POUR GRANDS-PARENTS ET PETITS-ENFANTS
Savez-vous qu’il faut mettre un “ mulch ” (un paillage) sur les plates-bandes et sur les potées pour éviter le dessèchement de la terre ? On peut prendre la coupe du gazon, des copeaux de bois, etc . Vous allez voir 7 pots dont les plantes sont protégées par une couche de mulch très surprenante.  Je remercie beaucoup l’amie qui a inventé ce jeu.
 A vous de deviner de quoi sont faits ces 7 mulchs. Je donnerai d’avance quelques aides pour des paillages qui me paraissent difficiles à trouver :
*Les N° 1 et 7  ont été abordés dans de récentes chroniques 35 et 37.  Il suffit de regarder les photos.
*Le N° 4 n’est pas un conifère. L’arbre aime beaucoup les endroits humides.
*A chaque N° vous retenez la lettre que je vous indiquerai pour trouver le nom d’un petit oiseau très joli et joueur. Il aime être avec ses congénères.

CB 40-05
N°1  ce sont des fruits secs du  _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _  retenez la lettre 8
 
CB 40-06
N°2 ce sont des débris de          _ _ _ _ _ _ _ _ _                        la lettre 2

CB 40-07
N°3 ce sont des noyaux de        _ _ _ _ _ _   (pluriel)                la lettre 6

CB 40-08
N°4 ce sont des fruits secs de l’_ _ _ _ _                                     la lettre 1

CB 40-09
N°5 ce sont des fruits secs du            _ _ _ _ _ _ _ _ _               la lettre 1

CB 40-10
N°6 ce sont des coquilles de l’  _ _ _ _ _ _ _ _                            la lettre 6

CB 40-11
N°7 ce sont des fruits secs du     _ _ _ _ _                                   la lettre 5
 
Je vous donnerai la solution la prochaine fois. Jusque- là, prenez bien soin de vous !
Maren Graber
Si vous voulez m’écrire parce que vous avez une remarque à faire concernant le néflier ou si vous avez inventé un mulch encore plus amusant, envoyez-moi un mail à : maren.graber@sfr.fr