CHRONIQUE BOTANIQUE N° 32 : LE PAULOWNIA

CB 32

LE PAULOWNIA


Le printemps nous surprend toujours avec ses beaux arbres en fleurs : merisiers, cerisiers, magnolias, marronniers, arbres de Judée,…une merveille après l’autre. Ces arbres sont tous blancs, roses, rose-violet. La couleur  bleue se fait  plus rare. Le magnifique Paulownia nous frappe d’autant plus quand il déploie  ses grandes panicules dressées. Il nous fait penser pendant un court instant au Jacaranda des pays du sud.

CB 32-02

Un alignement de Paulownias au Parc Monod

En contournant en tram (ou à pied)  le Parc Monod, nous pouvons l’admirer, car il y a tout un alignement de Paulownias en fleurs depuis la fin avril, côté Rubillard. C’est un arbre d’origine chinoise ou coréenne qui a été introduit en Europe au 19° siècle. Son nom paraît exotique mais pas chinois. C’est le naturaliste Franz von Siebold qui a décrit pour la première fois cet arbre et lui a donné son nom en l’honneur d’une princesse impériale russe, la fille de Paul 1er,  Anna Pavlovna.  Pavlovna signifie fille de Paul et a donné en botanique : Paulownia imperialis  (remplacé par P.tomentosa aujourd’hui) . La princesse était russe et le botaniste bavarois. Il  travaillait pour les Pays - Bas quand Anna Pavlovna est devenue reine de Hollande. Voilà ce qui explique la rencontre des deux !

CB 32-03
 Un arbre adulte


Le Paulownia est un arbre à croissance rapide. Il peut atteindre une hauteur de 15m avec une couronne large et des branches irrégulières. A partir de septembre, les boutons floraux marron, ronds et feutrés (qui signifie tomentosa)  s’installent autour d’une tige dressée. Les clochettes bleues avec une nuance de violet ne fleuriront qu’au printemps suivant.  La panicule ressemble vaguement à une digitale, raison pour laquelle l’arbre a été classé parmi les Scrophulariacées. Dans la classification phylogénétique le Paulownia possède sa propre famille, l’ordre est celui des Lamiales.

CB 32-04
  La formation des capsules et les feuilles


Chaque fleur, monoïque, mesure 5 à 6 cm. L’ourlet de la clochette comprend  5 pans irréguliers. L’intérieur de la fleur est marqué de rayures jaunes, certainement une stratégie de la nature pour attirer  les abeilles. Elle est aussi agréablement parfumée. La formation des fruits s’achève en automne : chaque panicule est un bouquet géométrique en soi avec des capsules ovales et dures se terminant par un bec. Chaque capsule est remplie de nombreuses graines ailées qui sont emportées par le vent.

CB 32-05
  Le Paulownia sous la neige


Mais les capsules restent longtemps  sans s’ouvrir et sans disperser les graines. Pendant la période de neige en février 2018, j’ai pu faire une photo du Paulownia au parc de Gazonfier. Même quand les tiges portant des capsules tombent au printemps, il faut faire attention de ne pas les amener à l’intérieur d’une maison comme branche décorative. Il m’est arrivé ce malheur : dans la chaleur, les capsules se sont ouvertes brusquement et ont déversé les graines cotoneuses partout.

CB 32-06
  Une nouvelle branche comme un nouvel arbre


J’ai oublié les feuilles : c’est parce qu’elles s’installent après les fleurs, surtout chez les vieux arbres, chez les plus jeunes spécimens les feuilles sortent en même temps. Les feuilles sont couvertes des deux côtés de petits poils, ce qui explique aussi le nom P. tomentosa.   Les feuilles sont très longues (jusqu’à 30 cm), opposées et cordiformes avec de longues tiges (8 à 20 cm). En observant un  grand arbre, j’ai constaté qu’après une coupure, la nouvelle branche pousse d’une manière disgracieuse. A l’endroit de la blessure, une nouvelle branche prend son essor, mais elle  pousse toute droite comme un nouvel arbre et elle produit des feuilles plus tôt. Ces branches verticales ne s’intègrent pas très harmonieusement dans la couronne.
 A cause de l’abondance de son feuillage, le Paulownia est souvent confondu avec le Catalpa bignonoides. La forme du Catalpa est cependant plus aplatie et surtout, comme ces arbres ne sont pas de la même famille, leurs fruits les distinguent : A partir du mois août, le Catalpa porte de longues gousses -  comme s’il pleuvait des haricots ! Il y a un magnifique Catalpa - déplanté et replanté après les travaux pour le tram - sur la place devant la cathédrale.

CB 32-07

  Bouquet sec avec capsules de Paulownia

 

CONTROVERSE SUR LE PAULOWNIA
                                                            
En cherchant des informations sur le Paulownia, je suis tombée sur une controverse : la toute dominante permaculture voit en lui l’arbre du futur. Les paysagistes et responsables d’espaces verts le craignent comme végétal envahissant.

                       Les arguments des adeptes de la permaculture :                        

 Le  feuillage du Paulownia le rend intéressant car l’énorme surface verte peut absorber beaucoup plus de CO2 que d’autres arbres ! Les feuilles peuvent servir pour le paillage des jardins. Le bétail pourrait les manger, car elles contiennent 20% de protéines, comme la luzerne. L’arbre régénère les sols par son système racinaire. Il peut être planté comme barrière contre le vent et contre la pollution de l’air qu’il ne craint pas.
 Les feuilles et fleurs du Paulownia sont utilisées en Chine pour la production cosmétique et pharmaceutique. On utilise ces remèdes surtout contre les maladies respiratoires et digestives. Les abeilles en fabriquent un miel également prisé contre les problèmes respiratoires.
Le bois est extrêmement léger. Il pourrait être utilisé pour les palettes des transporteurs et réduire le gaspillage de carburant. Le bois contient moins d’eau que nos bois traditionnels et il absorbe peu d’eau, ce qui le destine pour la fabrication de saunas et de meubles légers, jouets et parquets. L’arbre dépose son tanin dans le bois, ce qui le rend inattaquable par les termites. Il brûle moins vite aussi.


                 Les arguments des paysagistes et responsables des espaces verts :

Des centaines de capsules peuvent contenir jusqu’à 2000 graines. Ainsi un arbre adulte peut disperser jusqu’à 20 millions (estimé!) de graines. Elles germent facilement et produisent des petits arbres comme de la mauvaise herbe. Quand on est obligé de couper un Paulownia, son système racinaire produit des rejets très coriaces, sans possibilité de le détruire.
Malgré ses fleurs magnifiques, ils conseillent de planter peu de ces arbres et de les surveiller très sévèrement, ce qui doit être fait par nos espaces verts du Mans :
J’habite à 500 m de deux Paulownias. Le parc de Gazonfier n’est pas envahi par des petits arbres. Ils doivent être retirés régulièrement. Par contre, j’ai cherché ce bel arbre dans d’autres parcs de notre ville. Mis à part à Monod et Gazonfier, je n’en ai pas trouvé, ce qui montre une grande retenue.
Il est signalé que le Paulownia envahit les forêts de feuillus au sud-est des Etats - Unis. Sa réputation comme plante envahissante est donc justifiée.
 
SOLUTION DE LA DEVINETTE 31
Il s’agit du thé qui est la seule espèce du genre camélia avec des feuilles odorantes pour donner la plus ancienne boisson du monde.

DEVINETTE 32


CB 32-08
Quelle est cette plante jaune et abondante ? Où dans notre ville se trouve- t- elle ? (fin avril, début mai).