CHRONIQUE BOTANIQUE N° 30 : JEU BOTANIQUE DE NOUVELLE ANNEE

A l’heure où vous terminez tous vos derniers vœux, où vous mangez la dernière galette des rois, je viens me glisser en cette fin de janvier 2019 pour vous proposer une balade côte Sarthe et vous inviter à un petit jeu botanique de Bonne Année.
Pas de panique, il ne sera pas aussi difficile que celui lors de la fête EC&J, mais tout de même un peu plus long que la devinette à la fin de mes chroniques. Le but est de faire un clin d’œil à ce que nous avons déjà visité et de deviner par les plantes reconnues (7 arbustes, arbres et vivaces) le sujet de la chronique N°31. Et si vous trouvez qu’il fait trop mauvais pour sortir, restez chez vous, car je vous donne tous éléments par textes et photos.
 C’est très facile : je vous montre 7 photos, l’une après l’autre, vous notez sur un bout de papier la plante que vous avez reconnue, j’ajouterai à chaque fois quelle lettre de ce nom vous devez souligner et retenir pour trouver le résultat.

Utilisez l'effet zoom en double cliquant sur les photos 

CB 30-1000

Photo n°1

C’est parti : nous prenons notre départ au deuxième parking, quai Louis Blanc. Dans la haie au niveau de la source,  vous trouverez ce bel arbuste aux fruits violet. Notez son nom et soulignez la première lettre.
Avant d’avancer vers le Jardin de Gourdaine, jetez un coup d’œil sur la source et son bel aménagement. Rien ne fleurit encore, mais on distingue d’autant  mieux  la structure des différents étages pour les végétaux. Il est de même pour les carrés du jardin de Gourdaine encore nus sur lesquels les jardiniers travaillent beaucoup en ce moment pour les rendre accueillants aux fleurs à venir.

CB 30-2000 

Photo n°2

Arrêtez-vous au niveau de la 2° tour de la muraille. Vous trouverez cet arbuste au feuillage persistant et d’un parfum très fort, déjà en fleurs. De son nom retenez la deuxième lettre. 
Nous traversons la route pour gagner  les bords de Sarthe. Vous trouverez à peu près à ce niveau un escalier qui descend vers le Jardin des Tanneries. De grands graminées, herbes décoratives, vous accueillent. Le vent d’hiver les a bien balayées et ébouriffées, mais avec leurs couleurs rousse et beige et leur joli mouvement dansant, elles meublent bien un jardin encore très nu. Ici aussi a eu lieu le grand ménage pendant ces derniers jours. J’aime bien cette attente du printemps, la terre bien préparée, luisante et noire. Le grand figuier tordu porte encore en abondance de petites figues qui ne sont pas venues à maturité dans cette parcelle de terre tournée vers le nord et si près de l’eau. 
En fait, j’ai choisi  ce chemin pour son calme et pour vous amener tout au bout de ce jardin vers une clématite très précoce. Manque de chance, ses bourgeons ronds sont encore totalement fermés. Un parfum très fort nous attire, c’est le chimonanthus praecox  à côté de la clématite auquel j’ai consacré la Chronique N° 10. Il survit bien à cet endroit. L’arbuste est très robuste, mais ses fleurs sont rarement belles, il pleut trop au mois de janvier dans notre ville.


CB 30-3000

Photo n°3
Nous remontons sur le trottoir du quai Louis Blanc pour admirer ce joli petit arbre encore couvert de ses fruits rouges. De son nom, vous retenez la première lettre. Sur la photo vous le localisez bien près de la rue de la Galère et avant le pont Perrin. Vous traversez le pont et tournez à gauche pour longer le quai d’Amiral Lalande en direction du port et de l’île au Planches.

CB

Photo n°4

Malgré le temps froid, les promeneurs donnent à manger aux canards col vert du port. L’île aux Planches aussi n’est pas déserte, au contraire : cyclistes, promeneurs et enfants qui rentrent de l’école la traversent en riant et bavardant.  Nous montons sur l’île aux enfants pour trouver sous un arbre les petites fleurs bleues qui ne semblent pas être dérangées par le froid. Retenez la deuxième lettre de leur nom. 

CB

Photo n°5

Je ne pense pas que les promeneurs aient remarqué en longeant le grand chemin qui traverse l’île une des nombreuses fleurs à clochettes d’un vert clair charmant qui contrastent si bien avec les graminées sèches. De leur nom vous retenez la 3° lettre.

CB

Photo n°6

Nous sortons de l’île pour nous engager sur le chemin de halage. Au bord de l’eau nous trouvons des saules qui sont –comment faut-il dire- décorées (ou défigurée) de boules vertes qui elles-mêmes sont des arbustes parasites. De leur nom, nous cherchons la 3° lettre.

CB 30-7000

Photo n°7

Il faut encore marcher un peu pour rencontrer la dernière lettre de notre jeu, précisément jusqu’au confluent de l’Huisne et de la Sarthe. Sur la droite du chemin,  vous trouverez une maison devant laquelle pousse un arbre très exotique : Ma photo montre ses branches et aiguilles. Retenez la première lettre de son nom. 
Voilà, c’est fini : liez les lettres retenues. Vous avez trouvé de quoi je vous parlerai la prochaine fois : de ma fleur préférée ! J’ai souvent dit que déjà pour cette magnifique fleur, il valait la peine de vivre en France. Et surtout si l’on possède l’arbuste sur lequel elle pousse et dont la floraison dure pendant trois mois !
Bien sûr, il n’y a pas de lots de récompense pour ce jeu d’aujourd’hui. Pour tous ceux qui ont apprécié et qui ne connaissent pas encore le grand jeu botanique pendant EC&J, soit dit : c’est une belle promenade dans la vieille ville, de clos en clos et dans quelques jardins secrets, seul ou mieux encore entre amis tout en nommant des plantes. L’effort est récompensé par un prix, tiré au sort. A vous de jouer et à vous amuser un peu. Le jeu d'aujourd’hui vous montre le principe, celui de septembre sera plus long, plus coloré aussi.
                               ***********************************
Je ne vous dis pas encore le résultat de la devinette 29, car je l’ai reprise dans ce jeu. Vous allez tout savoir la prochaine fois.