Chronique botanique N°17 : LE BOULEVARD NATURE

BOULEVARD NATURE

CB 17-01a

Le Boulevard Nature au niveau de « la Perche »

Vous avez tous déjà découvert par-ci ou par-là un bout du Boulevard Nature, cette grande boucle de randonnées tout autour du Mans dont le but est de relier les communes qui constituent notre communauté urbaine. Vous pouvez consulter sur la toile les six segments déjà aménagés où vous pouvez vous balader à pied, à vélo ou à cheval. Qu'on se le dise : ce grand projet est subventionné par la Communauté Européenne !
Je vous invite aujourd'hui à me suivre dans un chemin déjà accessible, mais un peu caché, entre Yvré-L' Évêque et Sargé. Pour y aller, prenez la route de Bonnétable à partir du Mans. Au rond-point de Sargé, laissez Sargé à votre gauche et prenez à droite la route vers Yvré. Au premier croisement (à 400 m), tournez à gauche dans la « route de Bellevue » et descendez toujours tout droit pendant 3 km en direction de Parence. Avant d'arriver à Parence, vous êtes arrêtés par un panneau Stop (le seul sur tout ce trajet). Presque tout de suite après, vous tournez à gauche dans la petite route de « l'Arche en Vallée ». La deuxième maison à gauche se nomme « la Perche ». L'entrée dans le Boulevard Nature se trouve exactement en face.

UN CHEMIN CREUX

CB 17-02

Un jeu d'ombre et de lumière

Ce chemin creux nous plonge dans une atmosphère mystérieuse et cela à chaque saison et  par n'importe quel temps. Souvent pendant l'hiver les traînées de brouillard rendent les formes floues, en été et en automne une tonnelle de branches et feuilles nous enferme, mais maintenant au printemps, le soleil y entre encore, il est juste filtré par le nouveau feuillage, ce qui crée un jeu d'ombre et de lumière agréable. Vous avez deviné qu'il doit y avoir beaucoup d'arbres au bord du chemin. Ce sont en grande majorité des charmes, quelques peupliers,  des chênes, de jeunes érables et tilleuls épars.

CB 17-03

Charmes à formes bizarres

Nous sommes intrigués par les formes étranges de ces charmes. Il s'agit d'anciens arbres têtards, c'est-à-dire à grosse tête. Dans d'autres régions de France, on les appelle aussi truisses, chapoules, ragosses, trognards ou trognes. Autrefois ces arbres étaient régulièrement étêtés. On se servait des branches qui repoussaient en haut du tronc rasé pour toute sorte d'usages : pour la vannerie, pour des manches d'outil, comme bois de chauffage et d'allumage, fagots de boulanger, charbon de bois ; les feuilles fournissaient du fourrage supplémentaire pour les bêtes. Ici, on a utilisé des charmes et quelques peupliers, mais en d'autres lieux, on transformait également des chênes, des platanes, des frênes et des saules en arbres têtards.

CB 17-04

Un charme têtard creux

Le recépage intervenait tous les 5 ans. L'arbre se creusait naturellement au centre et peut servir de cachette aux enfants aujourd'hui. Les troncs des charmes de ce chemin  se sont souvent creusés en de multiples cannelures  formant des statues torturées (photo N°3).
À un moment donné, nous observons aussi à droite du chemin des anciens charmes têtards le long d'un fossé comblé. Parfois le tronc a dû être coupé et la « grosse tête » des charmes démarre au ras du sol, tel un noisetier. Il est sûr que l'ambiance particulière dont j'ai parlé au début provient de toutes ces formes bizarres et inhabituelles.
Le chemin creux a dû servir à certaines époques de l'année comme cours d'eau, il a aidé à drainer les parcelles situées plus haut et l'eau était absorbée par ces arbres. Aujourd'hui, en tant que Boulevard Nature, il a été aménagé pour être le moins boueux possible lors de périodes pluvieuses. Au bout de quelques km, il se poursuit par un sentier ouvert au niveau des champs et des maisons. Mais jusqu'à Coulaines, le Boulevard Nature emprunte d'autres chemins creux dont l'inventaire reste à faire.
Si l'histoire des arbres têtards vous intéresse, vous pouvez approfondir vos connaissances au  « Centre Européen des Trognes » qui se trouve à Boursay dans le Loir-et-Cher, dans les locaux de la Maison botanique.
 
AU PIED DES ARBRES TÊTARDS
 
CB 17-05
Anémone des bois
Sous les arbres têtards, nous trouvons de multiples arbustes, tels que le houx, le fragon, l'érable champêtre, le sureau, l'aubépine, le troène et curieusement des groseilliers. Beaucoup de lierre et de ronces.
Le manque de lumière doit limiter les fleurs surtout en été. En avril, nous avons trouvé des colonies de ficaires, d'anémones des bois, d'alliaires officinales, de lamiers jaunes, de stellaires, d'euphorbes des bois, de gaillets gratterons, de géraniums Robert, de l'oxalis des bois, de sceaux-de-Salomon, de frondes de fougères en train de s'ouvrir...
CB 17-06
Frondes de fougères
Pour une lecture en mode "pleine page", cliquez sur le lien ci dessous
Chronique Botanique N°17
 
SOLUTION DE LA DEVINETTE N°16
Une petite branche séchée d'un grand arbre du jardin des plantes du Mans. Il a été introduit en France par le botaniste André Michaux :
CB 16-07
Il s'agissait d'une branche du Zelkova, cousin de l'orme.
 
DEVINETTE N° 17
CB 17-07d
 
Voici une colonie de fleurs sur le talus de notre chemin creux. Les inflorescences sont encore très pâles sur ma photo. Bientôt, elles seront bien ouvertes et d'un très joli bleu.
Quelle est cette plante ?