Chronique botanique N°1 : HELLEBORUS FOETIDUS

HELLEBORUS FOETIDUS
CB 15-01 A

 

Rares sont les vivaces qui nous enchantent avec leurs fleurs au mois de janvier. C'est une bonne raison pour vous emmener sur l'Île aux Planches, un parc manceau récent, pour vous montrer un hellébore portant une multitude de petites clochettes. Il est aussi adorable que le Glockenspiel de Papaguéno, une fleur musicale en quelque sorte.
 
L'ÎLE- AUX -PLANCHES
 
CB 15-02
En 2008, le parc de l'Île-aux-Planches est né d'une friche industrielle laissée par l'EDF. Nous pouvons y entrer par le pont de fer, près du port ou de l'autre côté par le pont des Tabacs. L'île est entourée d'un côté par la Sarthe, de l'autre côté par un canal qui a été percé en 1831 pour rendre la Sarthe navigable. Avant cette création, le lieu s'appelait déjà Pré aux Planches et les Manceaux aimaient  s'y promener après la coupe des foins. (Dans l'agriculture et l'horticulture on appelle planche une bande de terre longue et étroite.)
Aujourd'hui, cette île est toujours propice à la promenade dans la nature : le long du canal un chemin la traverse d'un pont à l'autre. Contrastant avec cet endroit bucolique, l'île possède des formes architecturales : par le pont de fer les marches vertes d'un amphithéâtre descendent sur une immense pelouse plate. Cette dernière peut servir de déversoir si le canal venait à déborder. Des gens de tous âges y jouent au ballon ou font un petit somme sur les chaises longues mises à leur disposition. Côté Sarthe il y a une véritable fortification en pierre et pour couronner l'ensemble, une « île aux enfants », une aire de jeu agrémentée de beaux arbres et parterres.
CB 15-03
 
LE CHEMIN DES VIVACES
 
Les bords du chemin de promenade ont été laissés aussi sauvages et naturels que possible. Saules et aulnes donnent une structure, à leur pied poussent deux catégories de vivaces robustes: d'abord des hémérocalles, géraniums et iris qui s'étendent par leurs racines, puis celles qui se ressèment à l'infini : hellébores fétides, euphorbes, acanthes, gauras, angéliques et une multitude de graminées. C'est un bonheur pour tous ceux qui aiment les jardins spontanés. Regardons la photo N°3 : une colonie d'hellébores à clochettes se détache sur un fond de graminées jaunes. Pourquoi mettre en valeur si souvent les clochettes de cette plante ? En grande partie pour la réhabiliter : son nom n'est-il pas helleborus foetidus, hellébore fétide ? Le botaniste qui l'a nommée a trouvé son odeur désagréable ! Mais tous les goûts sont dans la nature, je dirai que l'odeur en question se rapproche de celle du café. Et j'ajouterai, si on ne la frotte pas, elle ne dégage aucune odeur !  Qu'est-ce devant l'abondance de sa floraison ? Elle commence à déployer sa tige florale avant
Noël et est encore fleurie au mois d'avril. Quatre mois de floraison, quelle autre vivace en fait autant ? Cependant, il faut ajouter qu'elle est très toxique, une raison de plus pour ne pas la frotter.
Ses feuilles persistantes, vert foncé, palmées sont disposées tout autour de la tige et à plusieurs niveaux d'où se dégage en haut l'ensemble floral très contrasté, vert clair. Même pendant les mois sans fleurs ce feuillage reste intact et décoratif dans un parterre.
 
UN THERMOMETRE NATUREL
 
CB 15-04
Si nous trouvons notre plante toute recroquevillée comme sur cette photo, elle n'est pas malade, elle ne manque pas d'eau non plus, elle se défend seulement contre le gel. Une fois la température à nouveau au-dessus de trois, quatre degrés, elle se redresse rapidement. Mais ses clochettes restent inclinées, une protection contre les intempéries fréquentes pendant ces premiers mois de l'année.
 
FLEURS ET FRUITS
 
CB 15-05

Helleborus foetidus  fait partie de la très grande famille des Ranunculacea.
Sa petite fleur de 2 à 2,5 cm de diamètre est formée par 5 sépales très serrés, marqués de taches rouges à l'intérieur ou parfois d'un liseré rouge à l'extérieur. Les fleurs sont protégées par des bractées. Les pétales minuscules se cachent à l'intérieur de la cloche, secrétant du nectar. Une abondance d'étamines produit beaucoup de pollen. Au milieu des étamines sortent trois becs très fins, les styles. On retrouvera ces becs plus tard dans la forme des triples capsules contenant les graines (visibles sur la photo). La plante est très mellifère et visitée par des abeilles, bourdons et diptères.
Une curiosité est à mentionner concernant la dispersion des graines : étant donné que les graines possèdent des ailerons (strophioles), elles sont intéressantes pour les fourmis, car faciles à transporter. C'est pourquoi nous pouvons trouver les petites plantes loin du pied mère. Ce phénomène s'appelle myrmécochorie et concerne d'autres plantes du jardin. L'hellébore fétide met beaucoup de temps avant de fleurir, de 4 à 7 ans. Puis on voit souvent une deuxième tige florale apparaître qui portera des fleurs l'année suivante avant de mourir.
L'hellébore à clochettes est une plante sauvage, répandue partout en Europe de l'Ouest et centrale. Je l'ai souvent rencontrée vers Pâques dans les Hautes Alpes, elle m'a toujours émerveillée, là-bas comme ici sur notre île.
 
Pour une lecture en mode "pleine page", cliquer ci-dessous :
 
SOLUTION DE LA DEVINETTE N°14
Il s'agissait de la CALLICARPE, (callicarpa bodinieri) ce qui veut dire : avec de beaux fruits.
Vous pouvez l'admirer à Verdigné, mais aussi près des jardins de la Gourdaine et dans le jardin Jacques Pelletier.
 
DEVINETTE N°15
 
CB 15 D
 
Cet arbre commencera à fleurir dans l'île aux enfants d'ici six semaines, fin février. Quel est son nom ?
.
 
.